Retour page journal - actualité


Le temps de LUGNASAD

Fête Celtique- Gauloise
Fête royale et solaire des récoltes.
 
Le sens de cette célébration : 
 Fêtée le 1er août, Lugnasad est l’une des quatre grandes fêtes celtiques, fête des moissons et de l’abondance retrouvée. Elle ouvre une période de fin d’été et  d’automne qui se clôt à la Samain. (Toussaint)
Célébration royale de la force solaire et de la moisson, aboutissement de la croissance des plantes, récoltes magiques, fruit de l’union  de la Déesse mère et du soleil Roi.
Si le grain est bon, la terre fertile, l’eau généreuse, avec la grâce du soleil la récolte sera bonne.
 Le fruit des semailles, c’est la moisson, mais ne dit-on pas « qui sème le vent récolte la tempête »,  ainsi qui sème le mal, récolte la misère et la nuit !
  Plongés, que nous sommes aujourd’hui, dans un monde de chaos et de ravage pour la planète, témoins, acteurs ou captifs de la mécanique que nous impose l’époque contemporaine  : Nous sommes soumis à l’abrutissement médiatique, la misère symbolique, la perte de repères,  et à l’explosion des bornes du bon sens que la tradition millénaire de sagesse avait mise à notre disposition.
 A contre-courant, notre petit cercle célèbre cette fête archaïque qui nous rappelle que dans le monde, l’univers, le cosmos,
 « tout est  interdépendance ! »
Pour l’être humain, chaque acte, chaque action qu’il produit, s’échappe dans l’univers et crée des réactions en chaîne qui, de cause à effet, influencent tout notre environnement. 
Si une parole, un  petit geste, négatif peut nuire à notre entourage, que dire d’une décision d’un homme politique impliquant la mort de millions d’hommes, d’une guerre par exemple ?
Les Védas, les bouddhistes parlent de lois des causes et des effets : Les lois du Karma.
Qui laisse faire, détourne son regard, vote en ignorant, se complait dans l’abrutissement de sa personne, participe de fait, à l’alourdissement du Karma.
Les actes négatifs construisent un monde de souffrance.
Les actes positifs construisent un monde viable et bon
Car la compassion universelle n’est pas faite que pour soi, mais pour l’ensemble du vivant sur cette terre.
Ce que nous honorons à Lugnasad, temps des récoltes, c’est la loi royale personnelle et universelle, d’interdépendance écologique. 
A bientôt donc, dans la lumière de l'été ! 
Haut les cœurs !